Partager sa foi - Aimer son prochain
English
fuerjedentag_01

Quatre pas vers un pardon authentique

hebdo221014

Il n’est pas facile de pardonner. Je le sais par expérience personnelle, croyez-moi ! Mais je sais aussi que c’est possible. Des promesses comme celle de Philippiens 4:13 nous assurent que nous pouvons tout par la puissance de Dieu.

Beaucoup d’entre vous savent que mon père a abusé de moi sur le plan sexuel depuis mes trois ans environ et jusqu’à ce que j’en aie dix-huit. J’ai quitté la maison dès que j’ai pu, mais mon cœur est resté rempli d’amertume et de rancune pendant des années.

Mais peu à peu, alors que j’étudiais sa Parole, Dieu m’a montré les ravages que pouvait opérer la rancune et, inversement, les effets bénéfiques du pardon. On pense parfois que le pardon est une faveur accordée à l’offenseur, alors que c’est à vous que vous rendez service en pardonnant. Car en chassant l’amertume et la colère de votre cœur, vous connaîtrez la paix et la joie véritables.

Peut-être avez-vous envie de me répondre : « D’accord, Joyce, j’aimerais bien pardonner, mais c’est tellement difficile ! Je ne sais pas si je vais y arriver. » Je tiens à vous assurer qu’en Christ, le pardon est possible – quel que soit le tort que vous avez subi. Voici quatre démarches qui vous aideront à pardonner vraiment.

 

1. Prenez une décision de qualité

Pardonner ne consiste pas simplement à prier : « Seigneur, je pardonne à untel. » Le pardon nécessite une décision ferme de votre part. Cette attitude n’est pas facile et peut même se révéler désagréable, voire douloureuse, mais la récompense qui vous attend vaut bien toutes les souffrances.

 

2. Comptez sur Dieu

Heureusement, nous pouvons compter sur Dieu pour recevoir la force nécessaire au pardon. Cela implique que nous ayons continuellement cette prière à l’esprit : « Seigneur, aide-moi à ne pas me vexer aujourd’hui. Garde-moi de toute colère inutile. Si je suis fâché contre quelqu’un, montre-moi de qui il s’agit. Donne-moi la grâce de lui pardonner. » (voir Éphésiens 4:32)

Si vous vous vexez facilement ou s’il y a une personne dans votre vie que vous avez du mal à supporter, vous devez non seulement décider de pardonner et de vivre dans la paix, mais vous devez également dépendre de Dieu pour recevoir la grâce nécessaire et en faire un sujet de prière.

 

3. Comprenez vos émotions

Du point de vue étymologique, émouvoir signifie « mettre en mouvement ». Les émotions provoquent des changements psychologiques qui préparent à l’action. Lorsque quelqu’un vous fait mal, votre première réaction sera peut-être de lui dire ce que vous pensez. Vous pouvez avoir envie de vous venger ou de vous éloigner de cette personne.

Sachez qu’il faudra probablement un certain temps pour que vos sentiments se mettent au diapason de votre décision de pardonner. Vos sentiments ne reflètent pas votre véritable personne. Ils sont fluctuants. Un même événement peut susciter en vous mille et une émotions différentes. Vous pouvez aimer quelqu’un et la minute d’après ne plus le supporter. Mais souvenez-vous que votre volonté vous donne la capacité de transcender vos sentiments.

 

4. Priez pour vos ennemis

Dans Matthieu 5:44, Jésus nous demande d’aimer nos ennemis et de prier pour ceux qui nous persécutent. C’est probablement là ce qu’il y a de plus difficile au monde. Mais la difficulté n’est pas une excuse. Tout ce que Dieu nous demande vise notre bien.

Soyons pratiques : si vous avez un collègue qui décroche la promotion que vous convoitiez, dès l’instant où vous ressentez de la jalousie et de l’envie, ne vous contentez pas de prier pour lui – allez lui acheter un cadeau. Croyez-moi, c’est efficace, parce qu’en agissant ainsi, vous brisez le pouvoir du diable (voir Romains 12:21).

 

J’ai découvert un jour qu’un de nos collaborateurs disait du mal de moi. Très en colère, j’ai eu envie de lui dire ce que je pensais, mais Dieu m’a demandé d’aller plutôt lui acheter un cadeau et de le remercier pour toutes ses années de service.

Cela n’a pas été facile dans un premier temps. Mais quand j’ai décidé d’obéir à Dieu, j’ai été remplie d’une telle joie que j’ai littéralement éclaté de rire.

 

Le choix vous appartient. Aujourd’hui, vous avez le choix de vaincre le mal par le bien et, en choisissant de pardonner, d’accéder à un niveau de joie que vous n’auriez pas cru possible. Je veux vous encourager à vous rendre service en faisant le bon choix : celui du pardon.