Dans la vidéo, Joyce cite l’écriture suivante : “Qu’aucune parole mauvaise ne sorte de votre bouche ; dites seulement des paroles utiles, qui répondent à un besoin et encouragent autrui, pour faire ainsi du bien à ceux qui vous entendent.” Ephésiens 4:29

Le défi de ce mois-ci s’appuie sur ce verset et vous invite à montrer aux gens de votre entourage, (votre famille, vos collègues, vos voisins… ) qu’ils ont de la valeur.

Comment ? En encourageant chaque personne que Dieu vous mettra à coeur ; en soulignant leurs qualités et en leur adressant des paroles valorisantes….Vous trouverez ci-dessous une liste d’idées pour illustrer ce défi.

Lorsque vous aurez relevé le défi, toute notre équipe sera ravie de recevoir votre témoignage afin de nous encourager les uns les autres à rejoindre cette Révolution de l’Amour !

Les difficultés découragent, mais une bonne parole remplit de joie.
Proverbes 12:25

Bon défi !
L’équipe Joyce Meyer Ministries- Francophonie

Voici quelques idées de Joyce pour illustrer ce défi (cliquez pour afficher)

  • Relevez les bonnes choses que font les gens… au lieu de souligner leurs faiblesses.(Famille, amis, collègues..)
  • Dites aux personnes que vous rencontrez chaque jour, combien vous appréciez leur service. (Vos commerçants, les gardiens de votre immeuble, le ou la  serveur(se) au restaurant…)
  • Ecoutez attentivement la personne qui est en face de vous, sans l’interrompre, afin qu’elle comprenne qu’elle a de l’importance pour vous.
  • Dites une parole d’encouragement à une personne qui est dans le besoin et offrez- lui quelque chose (repas, aumône…)
  • Offrez votre épaule à quelqu’un qui est triste, réjouissez-vous avec quelqu’un qui a du succès.
  • Passez un moment de qualité avec une mère célibataire puis offrez lui des tickets-restaurant pour qu’elle puisse, à son tour, offrir une soirée au restaurant à ses enfants.

“Mère Teresa considérait que chaque personne qu’elle rencontrait était «Jésus déguisé». Imaginez la différence avec laquelle nous traiterions les gens si nous les regardions comme elle le faisait.

Jésus a dit que si nous faisons du bien ou du mal à «l’un de ces plus petits», c’est à lui que nous le faisons (Mt. 25:45). En d’autres termes, il se sent personnellement concerné par le traitement que nous réservons aux autres.

Si quelqu’un avait insulté, offensé, ignoré ou dévalorisé un de mes enfants, je prendrais cela comme une insulte personnelle. Alors pourquoi est-il si difficile de comprendre que Dieu ressent la même chose ?

Efforçons-nous de redonner courage aux gens, de soulager tous ceux que nous rencontrons, et d’accorder de la valeur à leurs vies.”

- Joyce (Extrait du livre “La révolution de l’Amour”)

Mes informations :

Description du défi que je relève :